Laverton … après 1200km de piste

17 décembre 2006

Avons parcouru cette piste en deux jours, ne désirant pas nous éterniser plus que nécessaire… Par contre, ça a été d’une beauté pas possible. Deux jours d’une bonne piste, permettant de bien rouler, ponctués de communautés aborigènes et de « stations essence » tous les 330-350km environ. 2 jours de paysages grandioses. Et le sentiment d’avoir « accompli » quelque chose…
Sommes arrivés en fin d’après-midi, à Laverton, après une étape marathon de presque 800km, vermoulus, sales, la voiture PLEINE de poussière rouge, mais heureux.

Et de constater que la température avait baissé d’un cran. Avons vraiment bien dormi cette nuit. Cessés de passer la nuit à nous retourner dans la « flaque » de transpiration qui s’accumulait sur nos matelas habituellement !!!!!

Quelques statistiques pour ceux d’entre vous qui aiment les chiffres. Le long de cette piste, nous avons :

  • croisé 4 troupeaux de dromadaires (faut savoir que l’Australie compte le plus grand cheptel mondial de dromadaires sauvages)
  • croisé 15 voitures (dont 7 « aborigènes »)
  • croisé une voiture en panne (et tenté vainement de dépanner ses pauvres occupants, se rendant à Uluru depuis leur communauté aborigène de Docker River. Marin a appris comment rejanter un pneu avec un gros tournevis -…- mais renoncés lorsqu’on s’est rendu compte que les 2 pneus arrières de leur voiture étaient VRAIMENT pas récupérables … alors avons prévenu quelqu’un de leur infortune en passant dans leur communauté)
  • vu plus de 140 carcasses de bagnoles au bord de la piste
  • renoncé à compter les milliers de déchets de pneus, de bouts de voitures foutues trainant par ci par là…
  • vu 1 lapin (vivant)
  • vu 1 kangourou seulement (mort)

4x4, Année sabbatique 2006, Australie, Voyages et Vacances